VOILE

Voyages en Voilier

Un aperçu de navigation sur Petilou

 
 Voyages ULM & Voilier

 

 

Partir sur un voilier pourquoi ?

Depuis ma jeunesse et même enfant, je fixais l’horizon assis sur les plages. Je voyais les voiliers quitter les ports à pleines voiles et je les suivais du regard jusqu’à ce qu’ils soient un petit point à l’horizon. Plus tard je profitais de mes vacances pour visiter les ports des régions balnéaires. J’inspéctais les voilier essayant de me faire une idée de la vie à bord. Je lisais les récits des navigateurs mythiques décrivant leurs aventures des grandes mers balayant des régions du bout du monde.

QUINQUIN LA FLOTTE

Après de longues recherches je fis l’acquisition d’un voilier de 10m sur le lac. Extrêmement bon marché, ce bateau fut conçu pour la mer mais avec un équipement réduit et insuffisant. Néanmoins j’allais pouvoir parfaire mes connaissances sur le monde de la navigation et en particulier manoeuvrer seul une unité de cette dimension. Mon but étant de traverser un jour l’Atlantique en solitaire.

Ce voilier s’appelle Quinquin la flotte. Ce nom ne paraissait « cucul la praline » mais la tradition veut que l’on ne change pas le nom des bateaux. Une des nombreuses superstitions attachée à la voile. J’ai donc gardé ce nom.
Un jour, discutant avec l’ancien propriétaire sur une terrasse au bord du Lac je l’informe de ma nationalité brésilienne. Il me sourit et m’informe que “Quinquin la flotte” ou plus précisément « Les deux morts de Quinquin la flotte » est le nom d’un roman de l’écrivain brésilien Jorge Amado.
C’est l’histoire de Joaquim Soares da Cunha, un homme respecté de tous. Quand un jour il décide de tout abandonner pour parcourir les rues de Bahia et s’adonner aux joies du vagabondage : il devient Quinquin La Flotte.
Je commençais à apprécier ce nom lui trouvant une certain romantisme.
Une année plus tard, je voyageais au Brésil et entre autres je visitais Bahia, Salvador. Un soir me promenant sur une place entourée de bistrots je m’attable dans l’un d’eux attiré par la musique. Un guitariste chanteur et un bassiste jouaient des chansons classiques de bossa nova. Tout en buvant ma bière j‘écoutais avec plaisir la musique quand soudain le guitariste appela d’un signe de la main dans ma direction. Je me retournais pour voir à qui il s’adressait puis le regardant de nouveau je compris qu’il s’adressait bien à moi. Je m’approchais de lui et il me tendit la guitare en me disant

  • tiens, joue.

A ma grande surprise je lui demandais comment il savait  que je joue de la guitare et il me fit un clin d’oeil complice me disant

  • ça se voit

Il me présenta au public comme un invité suisse. Je jouais un premier morceau et suite aux applaudissent chaleureux j‘en interprétait un second. Bonjour l’égo !
Sortant du bistrot qu’elle ne fut ma surprise de voir sur la plaque indicative de la place le nom de « Quinquin la flotte »
C’est à ce moment que je compris que mon voilier avait vraiment une aura particulière.

_____________________________________________________________

Actuellement, 2017, deux voiliers, Quinquin sur le Lac Léman et Petilou en Méditérranée, plus précisément à sec à Poros Grèce

Quinquin-la-Flotte a été acquis en 1999 et depuis navigue sur le Lac Léman. L’idée étant de se familiariser avec un voilier de 33′ en vue de navigations en mer et en solitaire.

Petilou a été acquis en 2011. La première étape de prise en main s’est faite lors du voyage en Corse en août 2011 avec des équipiers navigateurs. Se familiariser avec les traversées (Menton-Corse), les arrivées dans les ports, les mouillages, la navigation, l’avitaillement et j’en passe.