Le mot du jour

A 20 ans “Je pense donc je suis”

A 70 ans “Je bande donc je suis”

L’homme a crée Dieu à l’image de sa mauvaise Foi

Puis en 1956 “Dieu créa la Femme” à l’image de BB

je dis toujours la verité en particulier dans ses égarements

Le suicide d’un mort est une renaissance

On est ce qu’on est disait ma grand mère plantant ses poireaux. On n’est pas ce qu’on naît, on est ce qu’on sera dira plus tard le philosophe à l’oeil qui dit merde à l’autre

30 ans sont passés, ils se retrouvent. Elle “tu as quel âge” Lui “72 ans” Elle “quelle horreur !” Le soir il Dinah à la lumière d’une bougie la regardant longuement se consommer.

Elle aime en lui ce qu’il n’est pas il aime en elle ce qu’elle aurait pu être

Sur les recommandations de la SPA pour pas qu’il se reproduise le vétérinaire à coupé les couille au chat qui hurlait puis à proprement suturé le tout. Le chat n’avait jamais baisé. Le lendemain pour pas qu’il se reproduise j’ai coupé les couille au vétérinaire qui a hurlé j’ai suturé le tout proprement. Depuis il n’a plus castré un chat.

Quand t’entends pour la première fois “t’as une beauté intérieure” tu te dis que c’est mal barré, que ça sent le roussi. Puis “t’es jeune dans la tête”, suivent “ta force intérieure” “ta richesse intérieure”… là tu dis stop, y a plus de place comme lorsque t’as fini de plier ton sac de couchage dans sa fourre. Vient l’autre avec “ta sagesse intérieure”. Alors là t’explose, il y en a partout, ça dégouline… manque plus que le con qui arrive et te dis “t’as de beaux restes tu sais”

Once you’ve discovered the blues ->
You always have it

Je crois en rien mais j’ai des valeurs faut il être con

J’ai des doutes (Dieu)
J’ai des certitudes (Adolf)

Noël en couleur
Votre enfant vous demande un crayon noir, répondez-lui qu’on ne dit plus “noir” mais “de couleur”. S’il veut une boite de crayons de couleurs pour Noël. offrez-lui une boite de crayons noirs.

je suis écolo, je lave mon énergie dans le sang de lointaines peuplades
je suis catho, je lave mes mains dans l’eau bénite Lourde d’indescences

Si t’es pas meneur ni mené alors t’es libre

L’épagneul tient en laisse l’espagnol

On est malheureux parcequ’on a aucune raison de l’être

On peut rire de tout mais pas en mangeant de la semoule

Je devrais ranger mes armoires avant de mourir mais je ne veux pas mourir alors je ne vais pas les ranger

On peut pas être plus tard que maintenant.

Devagar quase parando

Je me dois boucher le nez de mes pensées

Comment manges-tu la banane?” Interloqué je lui réponds “Je jette le gros noyau et je mange la peau où se trouvent les vitamines”

Photos du port le soir ça ressemble aux autres photos des ports le soir mais je n’arrive pas à en prendre des avions. Ce n’est pas un aéroport.

Les archéologues ont récemment mis en évidence que la Vierge Noire était la servante de la Vierge Marie dont on doute toujours de la virginité. Est-ce qu’elle est noire, je sais pas je connais pas son histoire.

The spoon to your mouth and not your mouth to your spoon

Como é bom nâo fazer nada e depois descançar

Soyons heureux le temps du bonheur

Qu’il est bon de ne rien faire quand la vie s’agite autour de soi

Le passage par les aéroports est un plaisir difficile à définir. La nonchalance, le luxe l’étalage, la rêverie l’opulence l’esclavage la gauche caviar. Les extrêmes les dérapages les glissades heureuses ou improbables. Les incertitudes subtiles les certitudes indécentes. J’aime les aéroports.

Commentaires fermés.