2022 Grande Ourse Caraïbes Bahamas Floride

La carte ci-dessous montre la situation de Grande Ourse lors de sa traversée de l’Atlantique. En cliquant sur les marques rouges on a le détail du point.

-> Le trajet fait avec moi

29avril

Voili voilou voilà la voile caraïbe terminé.

Les +

Les îles, la mer et ses verts turquoises bleus, la navigation, le long parcours avec fort vent portant et bien sûr le skipper Romain le magnifique

Les – mais qui deviennent des + sinon on ne repartirait pas

La bureaucratie, la burôcratie, la burôcratie. Puis l’effarement de tant d’obèses en particulier les femmes puis naturellement la valise qui n’a pas suivi. Arrivée vendredi à Bussigny et départ mardi pour la Grèce Poros

28 avril

Aéroport de Newark de NY. J’aime les aéroports. Du grain à moudre pour les feministes

Après une nuit tranquille, les bouchons dans l’oreille et tête dans l’oreiller because à côté de l’autoroute le shuttle me dépose à l’aéroport. Je contacte eDream et après avoir appuyé moultes touches du tel en réponse au parleur automatique celui-ci me dit avoir remboursé mon voyage. A vérifier😊 L’avion part à 17h40. Qu’en est il de mon baggage ? A suivre…et s’assurer qu’il va me suivre !

Ah pour continuer, je viens d’appeler Sunrise depuis NY pour obtenir une nouvelle carte Sim. Bien entendu je dois passer par Viber pour téléphoner. L’employé me dit qu’on a pas le droit d’appeler sunrise via Viber ! Finalement J’arrive à le convaincre et je vais recevoir une carte sim pour mon tel. Je garde le même no

27 avril

16 h aéroport Fort Lauderdale attente embarquement, 2h de retard. Tout OK sauf que je n’aurais plus qu’une heure au lieu de trois pour la correspondanceI du vol TAP pour Lisbone puis Genève. Nous embarquons à 19h au lieu de 17h

22h30: nous déparquons car l’avion a attérri à 22h00 puis est resté 1/2 heure sur le tarmac!

On est au terminal A et je dois aller au B. Donc trop tard. Une fille, dans un groupe de jeunes blacks employés de l’Aéroport, l’air complètement jetée, ce que j’attribue à la fatigue, m’accompagne pour prendre le « air train » qui va au terminal B. Bien entendu l’avion a décollé. Je vérifie qu’il y a un vol demain et cherche un hôtel à proximité puis fait appel à Uber. Je constate que le taxi vient au premier étage et je suis au 3ème. Il n’est plus qu’à 50m et je sors le prendre. Une centaine de taxis sur 3 voies avancent lentement comme dans un bouchon. Dehors plus d’internet et donc je n’ai plus sa position. Je passe 10′ à le chercher parmis les trois rangées de grosses voitures. Je le trouve enfin et le black m’ouvre la porte. Nous sympathisons, il me dépose au motel. Je prends la clé de la chambre où en y entrant je constate que je n’ai plus mon téléphone. Il a dû tomber dans le taxi. J’essaye sans succès de connecter Uber à l’aide de ma tablette. Après une vingtaine de minutes on frappe à ma porte. Le taxi man me l’a rammené. Il a pris une cliente qui allait à l’aéroport et l’a trouvé sur le siège arrière. Ouf! je décide malgré l’heure tardive de réserver un vol pour demain avec succès jusqu’au moment de payer, ma carte bancaire n’est pas acceptée. J’essaye avec mon autre carte que je n’ai pas sur moi mais dont les codes sont sont sur mon tel et ça marche, ça marche !!!

Les rencontres des aéroports

‘Les fanatiques englués dans leurs prières. Ils se dandinent marmonant des psaumes. D’autres font du body building sur leurs tapis. De même origines ile se détestent. Religions ‘essences de l’amour et de la haine

26 avril

Arrivée à Fort Lauderdale à 15h.

Une aventure cocasse

Nous arrivons dans cette ville et prenons les canaux jusqu’au mouillage où nous jettons l’ancre dans un cadre surprenant. Romain se renseigne auprès du service d’immigration. « Etant canadien vous n’avez pas besoin de venir mais le suisse oui » s’entend t’il répondre. Je prends le petit vélo pliable de Romain et vais vers le service d’immigration pour m’enregistrer. Le parcours est long il fait chaud et je suis vite en nage. Le début du parcours est agréable le long des résidences, piste cyclable et beaucoup de voitures. Après 1/2 heure j’arrive dans un grand site pétrolier protégé par un grillage. Pour y pénétrer je passe par un guichet de contrôle. On me demande la raison de mon passage et j’explique que je vais au service des douanes. Je présente le passeport. On demande si je n’ai pas d’armes. Juste à côté se trouve un « Sherif » qui me repose les mêmes questions. Finalement je peux entrer. Pour tout décors, des pétroliers des raffineries des containers de pétrole qui répandent une forte odeur d’autant plus difficile à supporter que je suis à vélo. J’arrive au service d’immigration. Une noire épaisse et un blanc habillé Robocop m’accueillent. Je présente mon passeport et explique que je viens d’arriver par bateau et repars demain en avion. Les fonctionnaires peuvent contrôler les informations sur informatique que Romain à remplies sur internet juste en arrivant mais ils me redemandent toutes les informations et bien d’autres encore comme où j’ai atterri et quelles îles j’ai parcourues. Là l’employée m’annonce que n’ayant pas de visa je vais devoir payer 585$ d’amende. Je luis dit que m’étant renseigné le visa n’est pas necessaire entre la Suisse et l’Amérique. « vous êtes arrivés par bateau ce qui necessite un visa » je suis consterné lui disant que j’ai juste accosté pour pouvoir prendre l’avion le lendemain. Elle téléphone à sa supérieure, longue conversation et revient me dire qu’il faudra payer. J’insiste avec ma courtoiserie et mon charme légendaires, elle télephone au supérieur de sa supérieure et revient me dire que finalement ils annulent l’amende. Ouf! « thanks so much you’re really nice, great » lui dis-je  » you’re nice too » me répond t’elle puis elle m’explique que c’est un ensemble de détails qui ont abouti à cette décision dont ma courtoiserie. Faut dire que Romain y est aussi pour quelque chose. En effet il a reçu un coup de tel du supérieur de la supérieure de l’employée pour qu’il confirme mes propos. Il s’y est pris à merveille, merci Romain. Toute cette démarche a pris 1h30. Le coeur léger je reprend le vélo et refais le chemin inverse. Je dois repasser un contrôle pour entrer dans la zone portuaire. L’employé me laisse entrer sans me dire que le site est fermé. Arrivant à la première entrée que j’avais prise en arrivant je vois le grillage fermé et cherchant une autre sortie elle s’avère également fermée. Je me renseigne auprès d’un camioneur qui m’indique la porte d’où je viens d’accéder au site. Donc 1/2 heure à tourner en rond pour rien. Je repasse le controle et prend la seule route à disposition sans me rendre compte que c’est une autoroute. Stupéfaction, impossible de faire demi-tour et m’y voilà la nuit sur le bord d’urgence heureusement assez large. Par contre ceux-ci sont très étroits sur les ponts. Les voitures passent très vite mais m’éclairent la bande d’urgence. Je dois traverser l’autoroute lors des bifurcations et c’est very dangereux. De plus je me trompe de direction et pars pour un grand détour. Finalement je peux quitter l’autoroute et arrive à 22h30 sur le bateau non sans avoir acheté deux bières dans une station d’essence entourée d’ivrogne et un drogué qui me demande 10$ puis deux big macs et frites dans un Macdo. Pour ma dernière nuit à bord nous fêtons Romain et moi mon départ par un repas américain Macdo. Aventure qui m’a pris 5h de temps et les Jambes en compote avec un zeste de stress affronté dans le calme. Je vais calculer les kilomètres que j’ai faits avec le petit velo !

Départ prévu à 6 heures du matin pour Fort Lauderdale – Floride

Fort Lauderdale, une ville étonnante pour un européen. Tout est disproportionné, routes voitures restaurants, et en particuliers les canaux avec leurs somptueuses residences en bord de l’eau et leurs imposants Yachts.

25 avril.

Rencontre avec Michel un francais vivant au colorado. Il a Sterwyn un catamaran Prout 37 (à prononcer Praout puisque de conception anglaise mais qui fait se bidonner les français) comme le voilier Ronin celui de la photo qui appartient à Anthony Nga

Anthony et Michel nous ont donné de precieuses informations pour L’arrivée en Floride

Le baigneur de Rodin

Arrivée à Bimini Island
on sent que Les noirs n’aiment pas beaucoup les blancs et ça se comprend
Dans une épicerie j’ai deplacé 4 poivrons sur le comptoir pour mettre nos achats. « Don’t toutch that » dit un client blanc pret à mordre
Comme on part demain pour la Floride, Re-test covid. Faut de nouveau charger l’application utilisée en arrivant à Inagua le 12 avril. On se connecte avec notre login puis remplir à nouveau une demande de test, payer puis avec la preuve du paiement on nous fait le test. Ensuite de quoi on reçoit un mail donnant l’indication du résultat du Test.

24 avril

Barry Islands → Bimini Islands

Départ à 4h du matin. Donc on a rien vu des Berry Islands. Arrivés à Bimini Islands à 19h30. Petit déjeuner avec les galettes farine blanche et sarrasin de Romain et confiture de myrtille. Un poème. Puis traversée des hauts fonds avec eau turquoise comme dans une piscine. Vent arrière voiles en ciseaux pendant 14h very agréable. Difficile à croire

Au milieu de nulle part dans cette traversée un grand catamaran nous coupe la route ignorant les priorités

‘ ‘

23 avril

Nassau-> Berry Islands.

Arrivée à 20h30 aux Berry Islands. Mon tél de secours a plongé. Plus d’appels possibles. Reste FB et les mails.

Arrivés de nuit on ne voit rien

19 au 23 avril

A l’ancre à Nassau. Beaucoup de vent… et d’argent. Attente de meilleures conditions pour aller à Bimini Islands

18 avril

Calabash bay à Highborne Cay puis a Nassau

après les îles sauvages autre ambiance

17 avril

Calabash bay. Eau turquoise on se baigne comme dans une piscine.

16 avril


15 Avril
autre ancrage au nord d’Acklins
Puis de part pour Long Island

14 avril
Inagua Mathew port a l’ancre

13 avril

on part demain pour Long Island

12 Avril

Arrivée à l’île Inagua des Bahamas.

Epique. Une Journée pour remplir le checkin.

Les gens sont très sympas et vraiment cools
Mais pour le checkin ça vaut le détour
D’abord il faut remplir sur informatique un document pour le Covid. Là c’est déjà magique. Faut charger les documents PDF des certificats de vaccination, donner les date de chacun des trois vaccin, l’adresse de la clinique où il a été fait, l’adresse du médecin traitant, et j’en passe. Chaque fois qu’on a tout rempli et nous, remplis de sueur, on transmet le questionnaire en cliquant « submit » qui peut dire « successfull on « refused ».., Quand c’est « successfull » là on doit attendre 10′ puis on a le retour du contrôle d’un fonctionnaire qu’on ne sait pas où il est et certainemt ça vaut mieux, qui nous dit si c’est OK ou non. Quand c’est refusé, il faut tout recommencer. J’ai eu 3 refus avant d’être accepté. Puis on doit aller faire un test antigénique. Ensuite on revient dans l’application pour charger le document du test qui nous a été envoyé par mail. Ah j’oubliais, il faut bien entendu payer par l’application. ça marche pas à tous les coups. Quand, après être décomposés par l’usure de patience tout est bon, on passe par la douane. En fait de douane c’est un fonctionnaire qui nous attend dans une grosse voiture aux vitres fumées. Comme on ne le voit pas on frappe à la portière. Le douanier un gros cigare aux lèvres, l’habit militaire et tatouage sur tout le bras, ouvre la porte. Là il nous aide à compléter le document puis nous fait remplir une fiche de douane. J’en ai rempli 3 vu qu’une petite rature n’est pas acceptée. Il m’en fait recommencer une car je n’avais pas mis les lettres dans les petits carrés. Dernière étape l’enregistrement au port pour le bateau. Le douanier a demandé 40$ et le gars du port 40$ sans recu donc dans la poche. Avec ma patience légendaire Je m’amusait de tout ce cirque et me voyais dans un film des îles du sud tatouages mitraillettes grenades cigares grosses femelles rhum bas fonds misére détresse joie exubérance et le reste Prévert s’en charge. Soit dit en passant le merveilleux programme informatique est suisse !!!

40$ pour le voucher pour faire le test covid
40$ pour le test lui même
40$ pour le visa
Et pour le bateau
40$ pour l’immigration (sans reçu)
30$ pour le douanier (sans reçu)
150$ pour le permis

..à suivre…

10 avril

depart baia Luberon 12h00 pour l’île Inagua des Bahamas. Beaucoup de vent fort

arrivée à 19h au village Mathews town


8 avril

arrivée Puerto Blanco, village de Luberon République Dominicaine
Village agréable et population sympathique.
Nous faisons le checkin checkout le jour du départ ce qui contrarie la douane. Mais la très charmante fonctionnaire arrange le tout avec efficacité et moultes sourires. Il nous faut quand même prendre les empreintes des 10 doigts !!! Puis nous passons au service de l’armée. Là un Jeune fonctionnaire à gueule de tueur, néanmoins sympathique, se prend à plusieurs fois pour remplir les papiers qu’il froisse et jette à la poubelle avant de finalement y arriver. Puis nous attendons, le temps passant sans qu’on sache pourquoi. Dernière étape il monte sur le bateau avec un collègue pour nous prendre en photo Romain le collègue et moi. le collègue met un T-shirt orange avec l’insigne de l’armée et tient le document checkout en évidence pour la photo

5 avril8 avril

Tortola → Puerto Blanco à République Dominicaine

Bon vent arrière et bien chahuté

Puerto Blanco Bel arrivage dans une mangrove puis ballade et courses dans le village de Luperon

Visite d’une raie

Puerto Plata qu’on évite, pas beau et pas sécurisé

On quitte Tortola pour République Dominicaine

4 avril5 avril

Iles Vierges, arrivée baie Small Harbour puis Tortola

Conduite à gauche et beaucoup de noirs

3 avril

On quitte Saint-Martin pour les îles vierges

2 avril

On fête un jour à l’avance mon anni ! Champagne saumon crevettes (les vraies, vous avez l’esprit mal tourné)

1 avril

Arrivée a Saint-Martin

Paris sous la neige

30 mars : Covid Négatif. Billet d’avion pour le 1 avril OK.
23 mars : Message de Romain : Belle arrivée aux Antilles hier après 24 jours de mer. St Barth bcp plus sympa que je pensais…
21 mars : Covid Positif. Je dois reporter le voyage de qq jours !!! faire un test post rt-PCR lorsque la  valeur Ct est de 35 ou plus

Projet Grande Ourse : Romain ramène son voilier Grande Ourse depuis la Grèce jusqu’au Québec.
Déjà Parcouru : Tracé en Vert
A faire : traversée de l’Atlantique, Canaries -> Saint-Martin puis Saint-Martin -> New-York puis direction Québec.

Avec moi : trajet Saint-Martin NY
Covid Formulaire EHAS à remplir
Vol aller : 24 mars Genève 7h20 -> Saint Martin 14h10

Localisation SPOT

Je consulterai le routage sur l’application SailGrib sur ma tablette, cette application ne tournant pas sur PC